le monde des échecs récent

L'AFFAIRE KOVALYOV

 

La Coupe du Monde d'Echecs à Tbilissi a été entachée d'un regrettable incident lors de la 3ème ronde : le canadien d'origine ukrainienne Anton Kovalyov, 25 ans, qui vient d'éliminer Anand, se voit  reprocher par l'arbitre de se présenter en bermuda; il répond qu'il avait la même tenue depuis le début du tournoi sans remarque ; survient l'organisateur du tournoi, le G.M.I. Zurab Azmajrashvili qui s'énerve, le menace de sanctions de la F.I.D.E. et le traite de "bohémien". Le jeune canadien préfère alors quitter la salle n'étant plus en état de se reconcentrer 10 minutes avant la partie, et craignant d'en venir aux mains... Il rentre au Canada et ne veut même pas de son prix (plus de 10000euros !). L'association des joueurs d'échecs professionnels et la fédération du Canada ont protesté contre le comportement d'Azmajrarashvili mais la plupart des officiels  de cette compétition l'ont soutenu dans sa dénégation d'avoir voulu l'insulter de façon raciste.

La leçon qui se profile est qu'il est nécessaire de préciser le code vestimentaire ("tenue correcte") à l'avenir et , avis personnel, que les organisateurs montrent l'exemple de l'élégance...

Jean Pierre.

ANAND LE RESISTANT

 

A 48 ans, Vizwanathan Anand ajoute un nouveau trophée à son palmarès en remportant le Mémorial Tal à Moscou avec 6 pts sur 9, laissant Mamedyarov, Nakamura et Karjakin à un point ; il avait déjà remporté en décembre à cette cadence rapide le championnat du monde. Son jeu classique et son expérience ont prévalu sur la jeunesse et la technique de ses adversaires. Au tournoi de blitz qui a suivi, c'est Karjakin qui s'est imposé aussi nettement, avec 10pts sur 13 devant Nakamura à 8,5 et Nepomniachtchi à 7,5. Chez les jeunes russes, Dubov et Artemiev se sont mis en valeur, mais Fedoseev n'a plus la forme affichée en 2017...

Jean-Pierre,

le 08 mars 2018

L'ASCENSION DE MAMEDYAROV

Shakhyar (un prénom prédestiné ! ) Mamedyarov est connu depuis longtemps : champion du monde cadet et junior, puis champion du monde en Rapide en 2013, mais c'est en 2017 qu'il atteint sa maturité; il remporte la Coupe d'Europe des clubs avec Globus, le Championnat d'Europe par équipes avec l'Azerbaïdjan et le Grand prix FIDE en individuel, ce qui le qualifie pour le tournoi des candidats !

Sur sa lancée il est maintenant seul en tête au fameux tournoi Tata Steel de Wijk Aan Zee devant Giri, Anand et So, et virtuellement numéro 2 au classement Elo !! Il a 32 ans et est probablement le seul G.M.I. (pas le seul mixte à cause de Judith Polgar) masculin à avoir deux sœurs grands maîtres féminines...

Le 20 janvier 2018,

Jean-Pierre

L'AZERBAIDJAN CHAMPION D'EUROPE

 

Au championnat d'Europe par équipes en Crète l'Azerbaïdjan triomphe pour la première fois en battant la Russie dans la 8ème ronde et en annulant contre l'Ukraine dans la dernière. C'est le podium final, la Croatie s'offre une belle 4ème place devant les jeunes loups hongrois. La France, sans Vachier-Lagrave ni Bacrot ne pouvait pas rivaliser sur les premiers échiquiers avec les leaders, mais sa 20ème place déçoit évidemment.

Dans le tournoi féminin la hiérarchie s'impose pour le podium : la Russie détachée devant la Géorgie et l'Ukraine et l'équipe de France, 6ème à l'Elo, emmenée par Marie Sebag, inquiète encore plus en terminant 22ème. Les tricolores n'ont pas tenu la distance et ont rétrogradé dans les dernières rondes.

Si la Russie ne domine plus les tournois mixtes comme naguères, les pays de l'Est narguent toujours les européens de l'Ouest, même en leur ayant prêté joueurs et entraineurs...

Jean-Pierre.

BRONZE EN GRECE

 

L'île de Rhodes, dernier bastion grec sous la Turquie, a accueilli le championnat du monde vétérans par équipe. A la 1ère ronde, notre équipe de France décide de réserver Anatoly pour des matchs futurs mais, fatigués du voyage, Jean-Luc Seret perd au 1er échiquier et nous gaspillons nos avantages sur les autres. Au 2ème jour sur-appariés contre Israêl, Anatoly gagne mais Mershad Sharif et Nicolas Giffard perdent et je ne peux garder le pion gagné... Nos ambitions s'envolent et le capitaine Antoine Canonne nous laisse nous rassurer contre des équipes plus tendres pour nous remotiver progressivement.

L'heure de vérité arrive contre la Russie, qui domine cette compétition. Anatoly annule sagement contre Svesnikov, Jean-Luc perd le fil contre Balashov et Mershad annule contre Rashkovski ; le match se joue alors dans mon zeitnot réciproque contre Zhelnin où mon initiative paie : 2 à 2. La dernière ronde nous jouons l'Allemagne et devons gagner pour le podium. Anatoly et Knaak se neutralisent, tout comme Mershad et Vogt. Tandis que Nicolas pilonne le roi adverse, je contiens les velléités de mon opposant et nous obtenons la médaille de bronze, l'Angleterre nous devançant au départage

Grace à sa technique intacte Anatoly, avec 7 sur 8, n’a pas eu de rival au 1er échiquier. Mershad, toujours solide obtient l'argent du 3ème et moi, le "benjamin", l'or de l'échiquier réserve en réalisant 6,5 sur 8 au 4ème échiquier. Avec le souvenir du bleu fabuleux de la mer Egée...

 

Le 06 mai 2019,

Jean-Pierre.




création et hébergement du site par IRT-Conseil