le monde des échecs récent

Hou Yifan reprend son titre

 

C'est sans surprise que Hou Yifan récupère son titre de championne du monde, qu'elle n'avait pas défendu lors du précédent cycle, aux dépens de Marya Muzychuk.  Menée de 2points à 2 rondes de la fin, l'ukrainienne était obligée de tenter une défense moins égalisante que son Espagnole Ouverte ; hélas sa sicilienne Najdorf n'a pas détraqué la sérénité de la chinoise qui gagne proprement dans la finale. Le tournant du match fut une italienne où Marya n'a pas su concrétiser son avantage de position et finit par offrir la deuxième victoire au lieu d'égaliser ; elle n'a pas démérité face à la n°1.

 

Trois leaders chez les candidats

 

Le tournoi des candidats au championnat du monde se déroule à Moscou jusqu'au 29 mars : 8 postulants qui s'affrontent en doubles rondes (donc 14 au total) dans un tournoi très homogène : le plus petit Elo est 2751, le plus haut 2798, et tous ont une grande expérience des tournois de haut niveau. Après 3 rondes Anand, Karjakin et Aronian mènent le bal avec 2 sur 3, Giri, Caruana et Svidler n'ont rien lâché (comme disent les sportifs aux médias), Nakamura a commis un faux pas et Topalov a chuté deux fois , mauvais présage pour le bulgare car les adversaires s'appliquent contre le "client" du tournoi pour recoller au score...

Le 16 mars

Jean-Pierre

 

INARKIEV champion d’Europe

 

Ernesto Inarkiev, russe de 31 ans, après une perf à 2900 Elo dans le championnat national par équipes, enchaîne en remportant le championnat d'Europe individuel avec 9 points sur 11, devant Igor Kovalenko, ex-ukrainien devenu letton, qui arrache la deuxième place en remportant les 2 dernières parties. Il devance un trio à 8 points : Jobava, Navara et Vallejo Pons. Laurent Fressinet, grâce à un gain dans le "money time", se classe huitième, ce qui lui rapporte 4.000 euros et une place en Coupe du Monde.

Après la victoire de Karjakin au tournoi des candidats et le retour de Kramnik au 2ème rang mondial, Inarkiev confirme le retour en puissance de la Russie, aux échecs comme en politique...

Le 25 mai 2016,

Jean-Pierre.

KARJAKIN triomphe à Moscou

 

Karjakin a brillamment remporté le tournoi des Candidats en battant son rival direct, Caruana dans la dernière ronde; l'américain, devancé au second départage (nombre de victoires) a tenté une sicilienne pour gagner avec les noirs mais le russe a mieux maîtrisé les complications tactiques. C’est le plus grand succès de l'ex-enfant prodige, plus jeune Grand Maître de l'histoire des échecs, à 12ans et 7 mois! Né ukrainien en 1990, il a opté pour la nationalité russe en 2009 pour avoir plus de soutien dans sa carrière; la même année il a épousé la M.I. Kateryna Dolzhikova. En 2012 il a remporté le championnat du monde de parties rapides.

En novembre prochain, à New-York, il affrontera Carlsen pour le titre majeur. Même  si les américains auraient préféré y voir un de leurs poulains (Caruana ou Nakamura), le match s'avère plus indécis quant au résultat que les précédents avec Anand...

Le 28 mars,

Jean Pierre.

 

 

ANAND revient

 

Le vieux lion ne cède pas sa place: après avoir trébuché sur Caruana, Anand est revenu dans le jeu en manoeuvrant habilement contre Karjakin, leader depuis le début du tournoi.A trois rondes de la fin, la lutte pour la qualification semble se circonscrire entre les deux leaders,  Caruana et Anand, et leur  suivant à un demi-point, Karjakin, avec le choc direct Karjakin-Caruana affiché dans la dernière ronde...

Le 25 mars,

Jean-Pierre

Caruana rejoint Karjakin

 

Anand avait doublé Aronian en le battant et rejoint la tête, Caruana vient de lui rendre la pareille! Ce sont maintenant deux ex-enfants prodiges, éclipsés par le phénomène Carlsen qui sont aux commandes du tournoi des Candidats avec un demi-point d'avance sur Anand  et Aronian et un sur l'invaincu (mais sans gain...) Giri. A quatre rondes de la fin, rien n'est joué et la place magique de challenger du champion du monde risque de se jouer aux meilleurs nerfs... Karjakin a deux petits avantages : il ne s'est pas tellement fatigué pour un leader et il joue dans son pays.

 

Karjakin et Aronian en tête

 

 Après 6 rondes sur 14 à jouer, Karjakin et Aronian mènent le tournoi des Candidats au championnat du monde avec 4 points. Karjakin a reçu des éloges de Carlsen pour sa défense exceptionnelle contre Caruana tandis qu'Aronian a profité d'une faute de main de Nakamura ( pièce touchée à jouer ...) pour le rattraper. Anand réalise une miniature contre Svidler mal inspiré et se rapproche à un demi-point. On attend de Caruana et Giri, à 50%, qu'ils gagnent leur première partie ; Svidler, Topalov et Nakamura paraissent déjà hors des prétendants à la victoire finale, manquant de points et de sérénité ...

Le 19 mars

Jean-Pierre

Karjakin use Svidler

Bakou, ville organisatrice du tournoi

 

Après 4 semaines de compétition, la Coupe du Monde s'achève par la victoire à l'arraché de Sergueï Karjakin sur Peter Svidler dans le blitz Armaggedon (les blancs doivent gagner ou sont éliminés).

Mené 2-0 en parties lentes il a trouvé les ressources morales pour continuer à poser des problèmes à son adversaire et égaliser avec une part de chance. Les départages ont vu s'accumuler des gaffes de part et d'autre; comme dit une maxime "le vainqueur est celui qui fait l'avant-dernière erreur"...

Tous deux sont qualifiés pour le tournoi des Candidats. Le détenteur du record de précocité pour le titre de G.M.I. (12 ans et 7mois) signe un de ses plus grands succès, mais Svidler, qui a éliminé notamment Topalov et Giri méritait de remporter un deuxième trophée : il fut le vainqueur de l'édition 2011. Des louanges unanimes ont salué la performance de Pavel Eljanov qui a réalisé le meilleur score en parties lentes (9,5 sur 12!) a sorti Grischuk et Nakamura et ne s'est incliné qu'en demi-finale dans le départage contre Karjakin, ex-champion du monde de jeu rapide.

Le 05 octobre,
Jean-Pierre

Karjakin neutralise Carlsen

 
Au championnat du monde qui se dispute New York, les 4 premières parties se sont achevées par la nullité, les deux dernières après des défenses longues et difficiles du challenger Serguey Karjakin dans des finales inférieures, c'est un des principaux talents de l'ukrainien naturalisé russe (la fédération russe a plus de moyens et d'ambition que l'ukrainienne pour le soutenir et le préparer...).
La partie espagnole s'impose comme l'attaque et la défense la plus sûre des jeux ouverts (le choix unique des deux adversaires en 3 débats), mais des  échanges de dames précoces déçoivent un peu les amateurs de jeu tactique ; comparez avec les matches Kasparov-Karpov !
Beaucoup accusent la forme brève du match (12 parties) à inciter les joueurs à prendre le minimum de risques, mais toute victoire  changera le  scénario !
Le 17 novembre 2016,

Jean-Pierre.



création et hébergement du site par IRT-Conseil